En fonction des hippodromes, le revêtement des pistes peut différer. Le revêtement de l’hippodrome aura un impact direct sur le type de courses hippiques qui pourra s’y dérouler, mais ce facteur aura également son importance sur la performance des chevaux de course.

 

Il existe 3 types de surface pour les hippodromes :

  • le gazon : le type de revêtement le plus répandu sur les hippodromes, il a l’avantage d’amortir les chocs et de préserver les jambes des chevaux. C’est notamment l’unique revêtement utilisé dans les compétitions d’obstacles. Néanmoins, il a le désavantage de demander un grand entretien, et de subir l’usure suite au passage des chevaux de course lancé à grande vitesse et détalant sur le gazon. Par ailleurs, les conditions de pratiques sur gazon sont fortement liées à l’état du terrain.

 

  • le sable fibré : cette surface est un mélange de sable et de fibres synthétiques ce qui lui procure l’avantage d’être imperméable à l’eau, et ainsi de pouvoir faire concourir les chevaux en toutes circonstances. Cette surface sablé est présente dans les hippodromes de Pau, Cagnes-sur-Mer et Deauville.

 

  • les pistes en dur : ce sont des champs de course réservés aux courses de Trot. Cette surface peut aussi bien être “cendrée” comme à Vincennes, c’est à dire constituée de 20cm de mâchefer qui est un résidu de la combustion du charbon, mais également de constituée de pouzzolane qui est une variété de terre volcanique.