Le trot monté est une discipline assez peu répondue au niveau international, mais principalement concentrée en France et en Belgique. Le fait que le trot monté soit une spécificité française peut s’expliquer par la grande qualité de l’élevage de trotteurs sur le territoire français.

Les chevaux de course, les trotteurs, sont scellés et montés par des jockeys. Les chevaux courent au trot, si le cheval passe en allure galop, alors il est disqualifié. Malgré que le trot monté soit peu répandu, il est souvent considéré comme plus lisible pour les parieurs. Par ailleurs, il est plus évident pour un cheval au trot monté de faire une remontée, du fait qu’il puisse facilement se faufiler, ce qui n’est pas le cas dans le cadre de courses de trot attelé.


Il existe deux types façons de monter les chevaux : soit de manière traditionnelle, soit en suivant la manière de « monte en avant » qui consiste à ce que le jockey se colle le plus près possible de la tête de son cheval.

Cette dernière méthode a été instaurée par Philippe Masschaele et a rapidement été adoptée par d’autres jockeys au vue du gain apporté par cette méthode en terme de rapidité du cheval et de chance pour atteindre le poteau d’arrivée en premier. Néanmoins, le trot monté reste une discipline où le cheval est moins rapide qu’en trot attelé, la charge du jockey étant globalement répartie sur son dos.